Zone interdite : l’enquête choc sur les enfants placés

L’émission Zone interdite, a diffusé dimanche 19 janvier sur M6, un documentaire révélant de graves manquements au sein de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE). Pour ce documentaire choc, une équipe de journalistes s’est infiltrée dans des foyers accueillants des enfants placés. Et le bilan fait l’effet d’un électrochoc..

Sommaire

  1. La réaction du secrétaire d’Etat

En France, plus de 350 000 jeunes font l’objet de mesures de

protection de l’enfance, et la moitié sont placés dans des foyers ou auprès de familles d’accueil. Le journaliste Jean-Charles Doria a réussi à s’infiltrer dans certains foyers de l’Aide sociale à l’enfance. Il a été embauché comme éducateur, bien qu’il n’est aucun diplôme et aucune expérience. Une fois rentré, il y découvre le monde violent dans lequel grandissent des jeunes souvent délaissés. Violence, prostitution… Les images choquent. Au milieu d’éducateurs, souvent dépassés, les jeunes sont livrés à eux mêmes, se battent, ne vont plus à l’école, fument, fuguent sans que personnes ne prennent la peine de les rechercher. Dans un foyer de Dijon, le reportage montre des jeunes filles de treize ans se prostituer sans que personne ne fasse rien. Une situation loin d’être isolée puisque dans d’autres foyers infiltrés, des jeunes sont maltraités, humiliés par leurs éducateurs, voir même drogués pour être calmés. Pourtant, certains foyers, avec les mêmes moyens que les autres, réussissent à faire mieux. C’est le cas de celui du Bas-Rhin, devenu un vrai refuge pour ces enfants délaissés par leur famille. Le foyer propose des thérapies innovantes pour protéger et éduquer les enfants et leur apprendre à être aimés. La réaction du secrétaire d’EtatSuite à la diffusion de ce reportage, le secrétaire d’État chargé de la Protection de l’enfance Adrien Taquet, a réagi dans un communiqué diffusé sur son compte

Twitter. “Ces images montrent des enfants et des adolescents pris en charge dans des conditions indignes, victimes de violences de la part d’adultes qui devraient prendre soin d’eux et les protège,” s’indigne le secrétaire d’Etat. Il rappelle sa détermination à agir afin que ces situations ne se reproduisent pas. Adrien Taquet demande aux préfets des départements la remontée de synthèses dans un délai de trois mois. Un état des lieux de la situation des établissements en France, où seront mentionnés les procédures de signalements mises en place et les plans de contrôles établis.. Il rappelle aussi le travail engagé depuis maintenant un an, pourtant jugé insuffisant aux yeux des acteurs du secteur. “Le 14 octobre 2019 a été dévoilée une

stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance 2020-2022. Elle permet de contractualiser avec trente départements en 2020 et de mobiliser 80 millions d’euros de crédits nouveaux pour les enfants de la protection de l’enfance, en particulier ceux qui relèvent également du champ du handicap et du soin,” explique Adrien Taquet.Click Here: cheap INTERNATIONAL jersey

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *