Vaccins : vers un élargissement temporaire de l’obligation vaccinale de l’enfant

Le rapport de la concertation citoyenne sur la vaccination, initiée en septembre, a été rendu public mercredi. Le comité d’orientation recommande un élargissement temporaire de l’obligation vaccinale de l’enfant.

Le ministère de la Santé veut rétablir la confiance des Français et augmenter la couverture vaccinale à tous les âges de la vie.

Les Français ont de moins en moins confiance dans les vaccins. Pour enrayer cette défiance croissante, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a demandé en janvier 2016 la mise en place d’une

concertation citoyenne. Composée de citoyens, de professionnels de santé et d’experts scientifiques, cette concertation a débuté en septembre dernier.Une levée de l’obligation à termeDans ses conclusions, le comité d’orientation, présidé par le Pr Alain Fisher (spécialiste en immunologie pédiatrique), demande un “élargissement temporaire de l’obligation vaccinale avec clause d’exemption, jusqu’à ce que les conditions soient réunies, à terme, pour une levée de l’obligation“. Cette mesure vise à rétablir la confiance et augmenter la couverture vaccinale à tous les âges de la vie.Rendre obligatoire les vaccins recommandésIl s’agirait donc de rendre obligatoire les vaccins qui sont actuellement “recommandés” en France. Ce sont les vaccins contre la

coqueluche, le virus de l’

hépatite B, la bactérie

Haemophilus influenzae, le

pneumocoque, le

méningocoque C et les virus de la

rougeole, des

oreillons, de la

rubéole. Aujourd’hui, seuls les vaccins contre la

diphtérie, le

tétanos et la

poliomyélite sont obligatoires.Les professionnels de santé doivent montrer l’exemplePour donner l’exemple à la population, le comité d’orientation propose le maintien de l’obligation vaccinale pour le vaccin contre l’hépatite B chez les personnels de santé, l’ajout, pour ceux qui ne sont pas immunisés, d’une obligation vaccinale contre la rougeole, immédiate ou en cas de résurgence épidémique, et une recommandation forte de vaccination contre la grippe, la coqueluche et la varicelle.Le vaccin contre les HPV étendu aux jeunes garçonsConcernant le

vaccin contre les papillomavirus, le taux de vaccination en France diminue et n’est plus que de 14 %. Face à ce constat, le rapport demande à ce qu’il soit étendu aux jeunes garçons. Ce vaccin, qui permet de prévenir l’apparition du cancer du col de l’utérus, est préconisé uniquement chez les jeunes filles.Pour pouvoir étendre, de façon temporaire, la couverture vaccinale, toutes les conditions doivent être mises en œuvre. Pour atteindre cet objectif, il est recommandé, entre autres, de recourir davantage à l’école comme lieu de vaccination ou encore d’autoriser les pharmaciens à injecter le vaccin contre la grippe saisonnière, tout en l’encadrant.Les membres de la concertation citoyenne demandent :

  • la prise en charge intégrale de l’achat des vaccins par les régimes obligatoires de l’assurance maladie
  • un régime d’indemnisation des effets indésirables obligatoire pour certains vaccins
  • la disponibilité des vaccins concernés
  • la mise en œuvre de programmes d’intervention adaptés à chacune des régions et chacun des territoires de santé.

Click Here: camiseta rosario central

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *