Tabac : à chaque âge, ses raisons de s'arrêter

Quel que soit votre âge, “arrêter de fumer“ présente des bénéfices. Vous tirerez avantage de l’arrêt du tabac, à court comme à plus long terme. C’est vrai si vous avez la chance de demeurer bien portant. Mais ça le reste aussi si vous êtes déjà touché par les méfaits du tabagisme.

Adolescence, vie en couple, cinquantenaire, seniors… Quel quesoit votre âge, vous gagnerez toujours à arrêterde fumer. Découvrez les atouts santé du sevragetabagique.Le temps de l’adolescenceC’est souvent au collège que l’on commence à fumer sapremière cigarette. Attention, ce n’est pas parce que vousêtes jeune et que les dangers du tabac vous paraissentlointains que vous devez accepter sans broncher de tomber danscette dépendance. Car la majorité des“accros” de la cigarette, ceux qui ne peuvent s’enpasser et fument beaucoup ont commencé dèsl’adolescence. La cigarette coûte cher, diminue lesperformances sportives, nuit à la santé. Pourquoi nepas vous en débarrasser tout de suite ? Mieux vautprévenir que guérir.Mesdemoiselles, qui êtes désormais plus nombreusesà fumer à 18 ans (45 %) que les garçons dumême âge (42 %), sachez aussi que cigarette et pilulene font pas bon ménage. En effet, le tabagisme augmentetrès fortement sous contraceptif le risque de formation decaillots sanguins dans les veines et les artères. Laprobabilité de survenue d’un accident vasculairecérébral est multipliée par dix. Si vousprésentez, par ailleurs, des facteurs de risque comme unehypertension artérielle ou un excès decholestérol dans le sang, il semble véritablementplus prudent de dire adieu à la cigarette.30 ans : le temps de la famillePour le sexe, la cigarette n’est pas non plus idéale. Pourles hommes, elle multiplie les risques de souffrir de troubles del’érection et de problèmes d’infertilité. Deplus, le monoxyde de carbone contenu dans la fumée de tabacse fixe sur l’hémoglobine et prend la place del’oxygène, ce qui prive le coeur d’un carburant essentielà son fonctionnement. Pas terrible, ce d’autant plus que letabac augmente, en moyenne, la fréquence des battementscardiaques de 10 à 20 pulsations par minute. Pourquoi ne pasvous arrêter ? Vous retrouverez votre corps d’avant, carl’oxygénation du sang revient à la normale en 8heures et le monoxyde de carbone est éliminé en 24heures. Vous vous sentirez mieux, commencerez peu à peuà respirer comme autrefois sans être gênépar cette vilaine toux qui vous réveille parfois au petitmatin ou ces rhumes qui durent des jours. Et, le goût etl’odorat réapparaîtront après une semaine.Un bébé est programmé. Attention, la cigaretteest tout à fait déconseillée chez les jeunesmamans. Car le tabagisme multiplie par deux la probabilitéd’avortements spontanés et de grossessesextra-utérines, augmente le risque deprématurité et d’hémorragies et diminue lepoids de naissance des bébés. Pourtant, une femmeenceinte sur quatre continue de fumer pendant sa grossesse enFrance.Bébé est là. Encore un motif pour bannir letabac et ce pour Maman comme pour Papa. En effet, le tabagismepassif est nocif pour les jeunes enfants. Il les rend plussensibles aux infections respiratoires et aux otites et favorisel’apparition d’un asthme. La redoutable mort subite du nourrissonest aussi plus fréquente en cas de tabagisme parental. Dansles pays développés, un enfant sur deux seraitexposé au tabagisme passif à la maison. Est-ceraisonnable ?40 ans, quel bel âge Mesdames !En 1950, plus des deux tiers des hommes fumaient contre moins de uncinquième des femmes. En 1998, la proportion des premiersétait tombée à 42 % tandis que celle dessecondes s’élevait à 31 %. Signed’émancipation ? Peut-être. Pourtant, on peut douterdu pouvoir de séduction que confère la cigarette. Sesconséquences sur l’haleine et la peau ne sont plus àdémontrées… Le tabagisme accélère levieillissement cutané et favorise le développement derides. Eh oui ! Cela est prouvé. Par ailleurs, fumer majorenon seulement le risque de cancer du poumon dans des proportionsconsidérables chez les femmes, mais augmente aussi laprobabilité de développer un cancer du sein et uncancer du col utérin.Comme la plupart des cancers, les tumeurs induites par le tabac semanifestent après une vingtaine d’années d’expositionà celui-ci. Cependant, rien n’est inéluctable enmatière de tabagisme, et 5 à 10 ans aprèsl’arrêt du tabac, le risque de cancer du poumon diminue demoitié.Quarante ans, quel bel âge ! Celui où il estvéritablement recommandé de prendre quelquesdécisions de bon sens… pour préserver sabeauté et sa santé. De plus, le tabac a aussid’autres inconvénients chez la femme comme celui d’avancerl’âge de la ménopause de quelques années.50 ans : rien n’est perdu, Messieurs !La cinquantaine est arrivée. Mais, vous continuez de fumer.Aïe, aïe, aïe… Car, non seulement, la cigaretten’est pas bonne pour votre virilité en raison de ses effetsnéfastes sur la circulation artérielle. Mais, elleaugmente de beaucoup l’apparition de complicationscardiovasculaires graves auxquelles les hommes sont plusexposés que les femmes. Les méfaits de la cigaretteà ce niveau sont principalement dus au fait que lessubstances contenues dans le tabac modifient dans un sensdéfavorable la coagulation sanguine et stimulent ledépôt de cholestérol au niveau de la paroi desartères (athérosclérose). Il en résulteune augmentation de la probabilité de survenue de certainesmaladies comme l’angine de poitrine, l’infarctus du myocarde, lesanévrysmes de l’aorte, et l’artérite des membresinférieurs.En raison de l’ancienneté du tabagisme chez eux, les hommessont également très souvent victimes de cancersliés au tabac (poumon, larynx…). Et, globalement, 56 000des 60 000 décès annuels imputables au tabagismes’observent encore dans le sexe masculin. Par ailleurs, on estimeque le tabac provoque un décès sur trois chez leshommes de 45 à 64 ans.Cependant, même à l’âge de la maturité,il n’est pas trop tard pour agir. Car arrêter la cigaretteavant 50 ans diminue par deux le risque de mourir dans les quinzeans en comparaison de ceux qui continuent de fumer.60 ans, l’arrêt du tabac se justifie encoreLes problèmes de santé sont là : bronchitechronique, problèmes cardiaques, atteinte des artèresdes jambes… Néanmoins, la présence de cesaffections ne doit pas vous décourager de tenter de cesserde fumer. Bien au contraire ! En effet, toutes les étudesdémontrent que l’arrêt du tabac amélioreconsidérablement le pronostic de ces affections, car unepartie de ses effets sont réversibles.Par exemple, on considère que la probabilitéd’observer une récidive d’infarctus du myocarde estdiminuée par deux, un à deux ans après unsevrage, et qu’elle rejoint en dix à quinze ans celle quel’on note chez des personnes, qui n’ont jamais fumé. Danstoutes ces maladies, la suppression de la cigarette est essentiellepour que les traitements donnent leur pleine mesure et elle estsouvent plus efficace que les médicaments. Courage ! Neperdez pas espoir.Chez les femmes, le tabagisme augmente aussi le risqued’ostéoporose, qui s’accroît après laménopause du fait des modifications hormonales. A retenir,lorsque l’on veut éviter les fractures et les tassementsvertébraux.Dr Corinne TutinClick Here: New Zealand rugby store

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *