Qu'est-ce qu'une zone à faibles émissions ?

La loi d’orientation des mobilités de 2019 prévoit que le déploiement de zones à faibles émissions (ZFE) doit être amplifié pour lutter contre la

pollution de l’air dans les grandes métropoles françaises. A ce jour, 23 d’entre elles y travaillent. Mais, qu’est-ce qu’une zone à faibles émissions exactement ?

Le principe d’une zone à faibles émissions consiste, pour une collectivité, à limiter l’accès à une partie de son territoire aux véhicules les plus polluants pendant une période donnée. L’idée est que chaque commune définisse ses propres critères et sa périodicité (heures ou jours). Concrètement, seuls les véhicules munis des vignettes attribuées aux moins polluants (Crit’air classe 0, 1 et 2, sur une échelle de 0 à 5) sont alors temporairement autorisés à circuler.Le but est de pouvoir directement agir sur l’amélioration de la qualité de l’air et faire baisser sensiblement la pollution en ville. Ces projets sont à chaque fois réalisés en collaboration avec l’Agence de la transition écologique (ADEME) qui fournit des études sur les zones urbaines appropriées pour ce type d’expérimentation.En la matière, Paris fait figure de pionnière. Des villes comme Grenoble et Strasbourg ont déjà suivi, en attendant Bordeaux, Lyon ou encore Marseille.En Europe, le concept est déjà bien répandu, comme c’est déjà le cas à Londres (Angleterre), à Barcelone (Espagne), à Berlin (Allemagne) ou encore à Bruxelles (Belgique). Ailleurs dans le monde, d’autres villes montrent aussi l’exemple, comme Mexico (Mexique), Tokyo (Japon) ou encore Haïfa et Jérusalem (Israël). Même Pékin s’y est mis.- En savoir plus sur les ZFE en France : 

zonefaiblesemissionsmetropolitaine.fr

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *