Onze patients confinés à l’hôpital de Périgueux à cause d’une bactérie résistante aux antibiotiques

A l’hôpital de Périgueux, en Dordogne, 11 patients ont été mis à l’isolement car ils sont porteurs sains d’une bactérie très contagieuse et résistante aux antibiotiques.

De nombreux cas de nouvelles résistances aux antibiotiques sont signalés régulièrement dans plusieurs pays,

Selon une information diffusée par Europe 1, onze patients sont confinés à l’hôpital de Périgueux en Dordogne depuis le 30 mars car ils sont porteurs sains d’une

bactérie très contagieuse et

résistante aux antibiotiques. La raison ? Cette bactérie pourrait être très dangereuse pour des personnes plus fragiles.Isolement totalLes 11 patients ont été isolés des autres patients mais aussi du personnel soignant pour éviter la propagation de cette dangereuse bactérie, rapportait France 3 Nouvelle-Aquitaine dès lundi 2 avril. Il s’agit d’une mesure préventive pour éviter que d’autres personnes présentes à l’hôpital contractent la bactérie et tombent malades.Des patients suivis par un protocole de l’ARSCes patients porteurs sains sont suivis par un protocole mis en place par l’ARS (Agence régionale de santé). Selon ce protocole, les 11 patients concernés ont été isolés dans un service de médecine interne et le resteront tant qu’ils n’auront pas éliminé la bactérie.Risque de transmission par voie aérienne élevéEn outre des mesures d’hygiène et de désinfection ont été renforcées car le risque de transmission par voie aérienne est élevé. Selon France 3, un point sera fait le 10 avril pour déterminer si de nouvelles mesures doivent être prises ou si les patients peuvent sortir de leur isolement.La résistance aux antibiotiques, un problème majeur de santé publiqueL’antibiorésistance ne date pas d’aujourd’hui. L’utilisation massive d’

antibiotiques a peu à peu rendu de nombreuses bactéries résistantes à ces médicaments et de nombreux cas de nouvelles résistances sont signalés dans plusieurs pays, raison pour laquelle l’antibiorésistance est actuellement considérée comme un enjeux majeur de santé publique. Europe 1 rapporte que, selon l’OMS, cette résistance acquise par des bactéries qui ont muté pourrait tuer une personne toutes les 3 secondes en 2050.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *