Myriam El Khomri: sa force, c’est sa famille

La ministre du Travail, maman de deux petites filles, est chahutée par la rue ces dernières semaines. Elle, qui se rêvait comédienne à l’ adolescence, a finalement choisi la politique pour théâtre mais ne compte pas se contenter d’un rôle de figuration aux côtés d’Emmanuel Macron ou de Manuel Valls.

La conférence de presse va commencer. Encadrée de Manuel Valls et Emmanuel Macron, Myriam El Khomri se barricade derrière son sourire. Se récite-t-elle secrètement la légende de la princesse Gwenaëlle, un conte de Korrigans et d’Elfes qu’elle connaît par cœur depuis son enfance? Quels sont en fait les petits trucs de cette discrète, pour tenir bon alors que soufflent les vents contraires de la contestation contre la loi qui porte son nom? Contre mauvaise fortune, une arme: ce sourire étincelant qui désarme.

Pourtant, il ne faut pas se fier aux apparences. Derrière cette sérénité affichée, presque distante, se dissimule une bosseuse acharnée. Maman de deux fillettes, de 2 et 5 ans, Myriam El Khomri a passé ses dernières vacances de Noël à potasser les débats en commissions parlementaires qui ont accompagné la loi Macron sur la croissance. Elle savait que le printemps serait orageux. Mais la battante veut démontrer qu’elle n’est pas là par hasard et que sa force réside justement dans sa capacité de travail.

Déjà lorsqu’elle avait fait ses premières armes à la mairie de Paris, auprès de Bertrand Delanoë, elle avait mesuré sa chance d’avoir un mari, Loïc, informaticien et chef d’entreprise, qui la soutenait et ne portait « pas de regard culpabilisateur sur son travail », confiait-elle à Gala. Porte-parole d’Anne Hidalgo, lors des dernières municipales à Paris, elle avait déjà appris à jongler entre vie privée et engagement politique. Enceinte, alors que sa fille aînée avait à peine trois ans, elle avait su tirer son épingle du jeu dans une campagne à couteaux tirés. La famille avait fait front. Sa mère était venue de Bretagne pour l’épauler et sa belle-mère, de Bordeaux. Qu’importe aujourd’hui si certains syndicalistes ont dû « googliser » son nom pour savoir qui elle était, lorsqu’Hollande l’a choisie comme ministre du Travail. C’était il y a quelques mois, une nomination surprise (…)

Retrouvez l’intégralité du portrait de Myriam El Khomri dans Gala en kiosques cette semaine.

Crédits photos : Julien de Rosa / Starface

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *