Manger plus par manque de plaisir…

Des chercheurs pensent avoir trouvé l’une des causes de l’obésité : le manque de plaisir en mangeant. Les victimes dévoreraient ainsi plus pour compenser des sensations gustatives moins intenses.

Pour en arriver à cette conclusion, des psychologues américains ont fait passer une épreuve plutôt singulière à un peu plus de 70 étudiants. Ils les ont placés dans un scanner puis leur ont donné des milk-shakes au chocolat (à la paille, pour ne pas qu’ils bougent la tête…). Ils ont ainsi mesuré l’activation des centres du plaisir et de la récompense dans le cerveau. Puis ils ont regardé un an après lesquels avaient pris du poids. Et le résultat était sans appel : ceux chez qui le plaisir était moins important ont tous pris des kilos dans l’année qui a suivi.
Pour les scientifiques, les personnes concernées fabriquent moins de récepteurs à la dopamine, un neuromédiateur qui va transporter le message de plaisir entre deux neurones. Du coup, elles sont obligées de manger plus pour éprouver des sensations équivalentes, favorisant ainsi le surpoids.
Cette hypothèse est étayée par le fait que l’on trouve effectivement chez les personnes qui éprouvent moins de plaisir une mutation génétique qui entraîne une moins bonne synthèse de récepteurs à la dopamine.
Dans tous les cas, les auteurs soulignent que rien n’est inéluctable : de bonnes habitudes alimentaires et un peu d’exercice physique devraient aider au retour à un poids de forme et favoriser la découverte du plaisir à table, même si l’on manque de récepteurs à la dopamine. Cette découverte pourrait permettre de dépister les personnes à risque de devenir obèse, par manque de plaisir, et de les amener à trouver d’autres moyens de secréter de la dopamine, comme le sport par exemple, plutôt que de se jeter sur la nourriture.
Source : Science et Communiqué de l’Université de l’Oregon, octobre 2008

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *