Madonna “violée” par le New York Times : L’énorme coup de sang de la star

Mercredi 5 juin 2019, le New York Times a publié un grand portrait de Madonna intitulé Madonna à 60 ans. Il y est question de sa nouvelle vie à Lisbonne, des oeuvres d’art qui couvrent les murs de sa résidence londonienne, de son récent prix d’honneur pour son combat pour les LGBTI lors des GLAAD Awards, mais il y est surtout question de son âge et la journaliste écrit même s’être retenue de lui parler de ménopause. L’intéressée a détesté l’article, s’estimant même “violée” par son auteure – un terme fort qu’elle assume.

Click Here: Inter soccer tracksuit

Sur Instagram, jeudi 6 juin, Madonna a publié plusieurs photos du shooting qui illustre le profil du New York Times (NYT). Des portraits magnifiques signés J.R. sur lesquelles la chanteuse traverse des images cultes de sa carrière. En légende, elle remercie le photographe français pour cette nouvelle collaboration, mais étrille le NYT et sa journaliste : “C’est peu dire que je suis déçue par l’article. Visiblement on ne peut pas réparer la société et son besoin de minimiser, dénigrer et dégrader. Tout spécialement les femmes indépendantes. La journaliste qui a écrit ce papier a passé des heures, des jours et des mois en ma compagnie. Elle a été invitée dans un monde que peu de gens ont l’occasion de voir, mais elle a choisi de se concentrer sur le trivial et le superficiel, comme la couleur de mes rideaux, faisant des commentaires récurrents sur mon âge, qui n’aurait jamais été mentionné si j’avais été un HOMME. Les femmes ont vraiment du mal à soutenir les autres femmes, même celles qui se présentent comme des féministes intellectuelles. Je regrette d’avoir passé ne serait-ce que cinq minutes avec elle.

Elle a été invitée dans un monde que peu de gens ont l’occasion de voir, mais elle a choisi de se concentrer sur le trivial et le superficiel, comme la couleur de mes rideaux

C’est à ce moment-là que l’artiste écrit qu’elle se sent “violée” par le journal. Cela ne vient pas de nulle part, mais d’un commentaire dans l’article évoquant l’album Rebel Heart dont la moitié des chansons avaient fuité six mois avant la date officielle. À l’époque, Madonna avait déclaré avoir vécu ce vol comme un viol. Des victimes de violences sexuelles s’étaient logiquement insurgées contre cette analogie. Dans le New York Times, Madonna récidive et la journaliste de commenter : “Il ne m’a pas semblé opportun de lui expliquer que les femmes, de nos jours, essayaient de ne plus utiliser ce mot au figuré.

Madame on the cover of N.Y.T. Magazine photographed by my dear friend @jr……….Also sharing my fav photo that never made it in, along with pre-shoot chat and a celebratory glass of wine after many hours of work! To say that I was disappointed in the article would be an understatement- It seems. You cant fix society And its endless need to diminish, Disparage or degrade that which they know is good. Especially strong independent women. The journalist who wrote this article spent days and hours and months with me and was invited into a world which many people dont get to see, but chose to focus on trivial and superficial matters such as the ethnicity of my stand in or the fabric of my curtains and never ending comments about my age which would never have been mentioned had I been a MAN! Women have a really hard time being the champions of other women even if. they are posing as intellectual feminists. Im sorry i spent 5 minutes with her. It makes me feel raped. And yes I’m allowed to use that analogy having been raped at the age of 19. Further proof that the venerable N.Y.T. Is one of the founding fathers of the Patriarchy. And I say–DEATH TO THE PATRIARCHY woven deep into the fabric of Society. I will never stop fighting to eradicate it.

Une publication partage par Madonna (@madonna) le

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *