Les services de "sophia" bientôt accessibles à 420 000 diabétiques

Près de 3 millions de Français sont diabétiques. Afin d’aider les patients les plus touchés, en Affection Longue Durée, à vivre au quotidien avec cette pathologie et d’en prévenir les complications, l’Assurance Maladie a mis en place en 2008 le programme d’accompagnement “sophia“. Devant les retours positifs sur son utilité, ce service va être étendu d’ici la fin de l’année, avant d’être probablement généralisé.

Règles hygiéno-diététiques, observance du traitement, adaptation du quotidien… Vivre avec un

diabète relativement avancé pose différents problèmes, que

l’éducation thérapeutique (amenée à s’amplifier dans les années qui viennent) peut permettre de mieux aborder, de mieux gérer. Dans cette optique, “sophia“, en relais du corps médical, propose des services novateurs.Les services de “sophia“Sophia est le fruit d’un travail de concertation mené depuis 2006 avec les professionnels de santé, les associations de patients et les différents acteurs concernés par le diabète, réunis dans le conseil scientifique : syndicats de médecins, Conseil de l’Ordre, sociétés savantes, réseaux de santé, Inpes et Haute Autorité de Santé.
62 000 patients diabétiques en Affection Longue Durée (ALD, pris en charge à 100 %) , dans 11 départements pilotes, peuvent actuellement accéder à différents services proposés par sophia :
– 72 infirmiers – conseillers en santé pour les soutenir, par téléphone, et les aider à trouver des solutions concrètes pour mieux vivre au quotidien avec le diabète. Ces conseillers relaient l’action et les recommandations du médecin traitant ou du diabétologue, apportant soutien et écoute dans la durée ;
– De l’information pour leur rappeler comment agir sur la maladie via les livrets de la collection Repères. Ces documents apportent des connaissances précises et validées sur la maladie et les examens recommandés ;
– Un journal trimestriel “Sophia & vous“, avec des informations, des astuces, des recettes, des témoignages, etc.
– Un site internet dédié,

sophia-infoservice.fr, qui comporte un espace d’information très riche, validé par le conseil scientifique. Il permet aux adhérents du programme de comprendre l’origine du diabète, ses complications, son traitement, les examens de suivi, etc.Les premiers résultats de “Sophia“28 % des patients éligibles au programme dans les 11 départements pilotes y ont adhéré. Afin d’en évaluer les effets, la société Cemka-Eval a comparé sur une année (2008 à 2009) les adhérents Sophia à deux groupes témoins, l’un de l’étude Entred (Échantillon national témoin représentatif des personnes diabétiques, 6 173 patients), l’autre de la CNAMTS (248 085 patients).
Les adhérents sophia ont davantage recours aux soins recommandés, avec une “amélioration nette du suivi de plusieurs recommandations“:
– Consultation ophtalmologique annuelle à la recherche d’une

rétinopathie débutante (+ 5 %) ;
– Baisse plus accentuée de l’

hémoglobine glyquée (HbA1c), reflétant l’équilibre de la glycémie sur plusieurs mois ;
– Meilleur suivi médical : taux de LDL cholestérol, suivi des marqueurs rénaux (recherche d’une insuffisance rénale), pratique d’un electrocardiogramme (ECG).Ces améliorations statistiques sont certes relativement limitées, mais ne portent que sur une année et traduisent une évolution positive des comportements.

Près de 420 000 patients éligibles fin 2010 D’ici la fin 2010, 180 000 nouveaux patients diabétiques seront éligibles pour sophia, qui va être étendu à 19 départements (cf. carte ci-dessus). Ce dispositif, intégré dans le plan ministériel d’amélioration de la qualité de vie des maladies chroniques, devrait être généralisé à la France entière d’ici 2013. Il pourrait également être étendu à deux autres domaines pathologiques où l’éducation thérapeutique peut être un véritable plus au quotidien, le risque cardio-vasculaire et l’asthme (

à ce sujet lire notre article en cliquant ici).Début décembre, un calendrier consacré aux voyages, sorties et déplacements sera disponible, afin d’aider les adhérents à s’organiser en fonction de leur pathologie et de ses éventuelles contraintes.Sur le site

sophia-infoservice.fr, 3 nouvelles rubriques seront mises en ligne, concernant l’alimentation, l’exercice physique et les risques iatrogènes (liés à l’utilisation des médicaments).Sophia est donc amené à prendre de l’ampleur dans les années qui viennent, ce qui devrait permettre aux patients diabétiques en ALD de mieux manager, si besoin, leur maladie. Si vous-même ou une personne de votre entourage êtes dans cette situation, n’hésitez pas à

télécharger cette brochure, qui vous fournira davantage d’informations pratiques.Jean-Philippe RivièreSources :
– “sophia : deux fois plus de patients et de départements concernés d’ici la fin de l’année 2010“, dossier de presse publié à l’occasion de la

Journée Mondiale du diabète du 14 novembre 2010

sophia-infoservice.frClick Here: Cheap France Rugby Jersey

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *