La présence d'un anticorps pourrait expliquer pourquoi certaines femmes font des fausses couches à répétition

Une étude japonaise souligne la présence d’un anticorps récemment identifié qui pourrait être responsable de la survenue fréquente de fausses couches chez certaines femmes.

Fruit d’une collaboration entre des scientifiques japonais des universités de Kobe et d’Osaka, les résultats de cette étude suivent la découverte en 2015 d’un auto-anticorps qui pourrait également être à l’origine de maladies telles que la thrombose.Publiée fin juin dans la revue

Arthritis and Rheumatology, cette nouvelle recherche a été réalisée à l’université de Kobe sur 227 femmes ayant subi des fausses couches à répétition, c’est-à-dire au moins trois grossesses consécutives non menées à terme. Des épreuves douloureuses pour les femmes et les couples qui souhaitent concevoir une famille, d’autant que les causes de ce phénomène restent encore mal comprises.Les patientes qui ont participé à l’étude ont passé un examen visant à déceler la présence de l’auto-anticorps précédemment cité dans leur organisme : 23% d’entre elles ont été testées positives. Pour près d’un cinquième de ces patientes, la cause de leur fausse couche n’avait pas été identifiée.Ces résultats devraient permettre d’éclairer les mécanismes sous-jacents responsables des fausses couches à répétition, ainsi que de la thrombose et des troubles hypertensifs de la grossesse, ce qui pourrait conduire au développement de nouvelles méthodes de traitement, espèrent les chercheurs.“En outre, ces résultats de recherche pourraient être la clé de la résolution des problèmes liés à la faible natalité et au vieillissement de la population”, ajoutent les scientifiques. Au Japon, environ 1 400 000 femmes souffrent de fausses couches récurrentes.Click Here: Cardiff Blues Store

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *