"La pharmacie des malades oubliés" diffusé sur France 5

France 5 diffuse le 24 août “La pharmacie des malades oubliés“, un documentaire du réalisateur Gérard Lafont, ancien membre de Médecins Sans Frontières(MSF), qui revient sur l’origine et les domaines d’activité des partenariats entre l’industrie pharmaceutique et la little pharma, des ONG travaillant à l’élaboration de médicaments contre les maladies des pays du Sud.

“La pharmacie des malades oubliés“ ou comment les ONG se battent pour fabriquer des médicaments contre les maladies sévissant dans les pays du Sud.

Délaissée par Big pharma pour cause de non rentabilité, la fabrication de médicaments destinés à prévenir ou traiter les maladies tropicales a été  prise en charge, il y a une dizaine d’années, par des ONG soucieuse de “pallier les failles de l’industrie privée“. “Nos patients meurent, non parce que leurs maladies sont incurables mais parce qu’ils ne sont pas des consommateurs rentables pour le marché pharmaceutique !“, avait dénoncé le Dr Bernard Pécoul, directeur général de la Campagne d’accès aux médicaments essentiels de MSF, lors de son intervention au meeting de l’OMC en 1999 à Seattle (États-Unis).Baptisée little pharma, par opposition au Big pharma que représente l’industrie pharmaceutique conventionnelle, elle repose sur trois grands principes, à l’exact opposés de ceux de Big pharma : recherche en réseau “open source“, pas de brevets et pas de but lucratif.Devant les succès rencontrés par cette approche, l’industrie pharmaceutique a décidé de faire de son adversaire d’hier son partenaire d’aujourd’hui et de demain. Les deux travaillent désormais main dans la main selon des Partenariats pour le développement de nouveaux produits (PDP) autour de projets de recherche et développement dans le domaine de la santé.

Passionné par le sujet, Gérard Lafont, ancien membre du conseil d’administration de MSF pendant 6 ans, a souhaité le faire connaître à travers un documentaire de 52 minutes que diffuse France 5 le 24 août à 19h, dans le cadre de la collection L’empire des sciences. Il montrera notamment quelques exemples de succès de PDP tels que :
– GeneXpert, un test de diagnostic de la tuberculose mis au point par FIND (Foundation for Innovative New Diagnostics), qui donne une réponse en moins d’une heure (contre plusieurs jours avec le sméthodes traditionnelles) et précise également si le patient présente une résistance aux traitements;
– le test SAMBA, qui permet de mesurer précisément et rapidement la quantité de VIH (charge virale) dans le sang d’un malade, et dont les dimensions permettent une utilisation dans les zones le splus reculées;
– la Fexinidazole, mise au point par le DNDi (Drugs for Neglected Diseases initiative), premier médicament par voie orale pour lutter contre la maladie du sommeil;
– ou encore le E1224, seul espoir contre la maladie de Chagas.D’après le Dr Jean-Hervé Bradol, ancien président de MSF, “entre 2000 et 2011, environ 700 produits sont mis sur le marché, seuls 4 % sont sur la liste des médicaments essentiels. […] Pendant la même période, on enregistre 37 nouveaux produits. La moitié d’entre eux intègrent directement la liste de médicaments essentiels de l’OMS“.Amélie Pelletier
Source
Communiqué de MSF, août 2013.

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *