La grippe porcine en dix questions

L’épidémie de grippe porcine qui frappe le Mexique se serait déjà propagé dans plusieurs pays. Mais que sait-on de ce virus ? Quels sont les dangers ? Comment s’en protéger ?… Le point en dix questions.

1 – Qu’appelle-t-on “grippe porcine“ ?
Il s’agit d’une maladie respiratoire des élevages de porcs, un virus grippal de type A. Dans le cas présent, les virus isolés chez les malades sont des virus qui appartiennent à la famille A/H1N1. Ils ont donc initialement été transmis des porcs aux hommes. Il s’agit à l’origine d’une zoonose, maladie pouvant passer de l’animal à l’homme ou inversement.
2 – La grippe porcine est-elle fréquente ?
Selon la Direction générale de la santé, il n’y a pas eu de cas en France ces dernières années. Il y a eu quelques cas sporadiques en Europe au cours des dernières décennies. Ces dernières années, sur le continent américain, les autorités ont confirmé un cas humain symptomatique tous les un ou deux ans, mais les personnes étaient presque toujours en contact direct avec des porcs infectés. Toutefois, l’infection chez des éleveurs de porcs malades est restée peu fréquente.
3 – Pourquoi ce virus se révèle-t-il aujourd’hui ?
Il est difficile de répondre aujourd’hui à cette question, mais il semblerait que la souche de virus H1N1 survenue à Mexico soit différente des autres virus de grippe porcine, avec des marques génétiques inédites de porc, d’oiseau et d’homme.
On sait que le porc est capable d’être à l’origine d’un réassortiment génétique entre des virus humains et animaux. Les caractéristiques du porc sont proches de l’homme, ainsi la transmission de virus entre les deux est possible. Le porc aurait ainsi joué un rôle important dans les épidémies de grippe de 1957 et de 1968.
A l’inverse, les virus de la grippe aviaire se transmettent “mal“, la barrière de l’espèce restant efficace.
4 – Peut-on l’attraper en mangeant de la viande de porc ?
Non, aucun risque. Le virus de l’animal ne survit pas à la cuisson. Cette grippe d’origine porcine se transmet d’homme à homme par voie aérienne, de manière directe par le biais de la toux et des postillons ou de manière indirecte (par les mains, les objets touchés par une personne malade..). C’est pourquoi les autorités mexicaines ont recommandé le port de masques et limité les possibilités de rassemblement (annulation de spectacles, matchs de football et fermetures de bars, discothèques, établissements scolaires…).
5 – Quels sont les symptômes de cette grippe ?
Peu caractéristiques, les symptômes sont ceux d’une grippe classique : fièvre au-dessus de 39°C, courbatures, toux sèche, maux de tête et fatigue notamment.
6 – Quels sont les pays concernés ?
En dehors du Mexique, les Etats-Unis comptent plusieurs cas avérés (en Californie, au Texas…), tous guéris. Des cas suspects sont survenus à New York mais n’ont pas été confirmés. En Nouvelle-Zélande, dix lycéens de retour d’un séjour de trois semaines au Mexique auraient été touchés. En France, plusieurs cas suspects se sont finalement avérés négatifs pour le moment. En Israël et à Bogota, des analyses sur des voyageurs de retour du Mexique sont également en cours.
7 – Quels conseils donner aux voyageurs ?
Les recommandations du ministère de la santé prévoient :
Avant le départ, le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes et le Ministère de la Santé appellent à la plus grande prudence pour tout déplacement non indispensable sur place. Il vous est recommandé de prendre contact avec votre médecin traitant ou avec un centre de vaccination international pour optimiser la préparation sanitaire de votre voyage et de prendre les renseignements sur les sites internet :
Ministère de la santé : http://www.sante-sports.gouv.fr/
Ministère des affaires étrangères : http://www.diplomatie.gouv.fr/
Organisation Mondiale de la Santé : http://www.who.int/
Ambassade de France à Mexico : http://www.ambafrance-mx.org/
Ministère de la santé mexicain (en espagnol) : http://portal.salud.gob.mx/contenidos/noticias/influenza/alerta_influenza.html
Vous pouvez également contacter le numéro de la plateforme téléphonique Grippe aviaire au 0825.302.302 ou de l’étranger : +33 1 53 56 73 23 ou le numéro de la plateforme du Ministère des affaires étrangères au 01.45.50.34.60
Pendant le voyage, il est conseillé de vous conformer aux recommandations émises par les autorités sanitaires locales et notamment d’éviter les lieux de rassemblement public (salles de spectacles, réunions publiques, etc.) ; de respecter les règles d’hygiène élémentaire, notamment le lavage soigneux et régulier des mains avec de l’eau savonneuse ou des solutions hydroalcooliques, et l’aération des pièces dans lesquelles vous séjournez et d’éviter le contact avec les personnes malades.
Il est important de prendre rapidement contact si nécessaire avec le poste diplomatique et de consulter un médecin en cas de fièvre ou de symptômes grippaux (courbatures, toux, douleurs musculaires notamment).Après votre retour. En cas de syndrome grippal dans les 7 jours qui suivent votre retour, il vous est recommandé de prendre immédiatement contact avec votre médecin traitant ou du Centre 15 de votre département (Tél. : 15).
8 – Quelles sont les mesures mises en oeuvre au Mexique pour les ressortissants français ?
L’Ecole française de Mexico s’est conformée aux décisions des autorités mexicaines de fermer l’ensemble des établissements scolaires dans le district fédéral. L’Ambassade de France à Mexico est dotée de stocks d’antiviraux et de masques. L’Ambassade est en contact avec le Ministère des Affaires Etrangères et la communauté française. Les ressortissants Français doivent donc, sur place :
– Se conformer aux recommandations émises par les autorités sanitaires locales et notamment respecter les mesures-barrières/d’hygiène pour se protéger contre la grippe (éviter les contacts avec des personnes malades…) ;
– Prendre contact avec leur poste diplomatique.
9 – Existe-t-il des médicaments efficaces contre cette grippe ?
Selon le Directeur général de la santé, Didier Houssin, des tests américains effectués in vitro avec plusieurs médicaments disponibles semblent efficaces pour limiter la multiplication du virus et donc la durée de la maladie à condition d’être administrés dès l’apparition des symptômes :
Les inhibiteurs de la neuraminidase (zanamivir – Relenza ® – et oseltamivir – Tamiflu ®) sont efficaces en réduisant l’intensité et la durée des symptômes s’ils sont administrés dans les 48 heures après l’apparition des premiers symptômes. Ces médicaments possèdent également une action préventive vis-à-vis de l’infection de la grippe.
La France dispose de 33 millions de doses de ces médicaments dans le cadre du plan de prévention d’une pandémie de grippe aviaire. Les antibiotiques, inactifs sur les virus, ne sont utilisés qu’en cas de surinfection bactérienne.
10 – Existe-t-il un vaccin contre ce virus ?
Pour l’instant, il n’existe pas de vaccin contre ce nouveau virus. Selon les experts américains qui étudient ce virus, rien ne permet d’affirmer pour le moment que le vaccin contre le virus saisonnier soit efficace contre ce nouveau virus porcin.
C’est l’Organisation mondiale de la santé qui préparera et donnera la souche de référence aux industriels pour qu’ils puissent se lancer dans la fabrication d’un vaccin. Plusieurs semaines à plusieurs mois seront alors nécessaires avant la mise à disposition de ce vaccin.
David BêmeClick Here: Cardiff Blues Store

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *