Journée de grève dans les hôpitaux publics

Ce jeudi 14 novembre, interventions et autres soins non urgents sont, en grande partie, reportés. La majorité du personnel des hôpitaux publics se mobilise pour un "un jeudi noir" de grève pour mettre la pression au gouvernement qui doit préparer "un plan de soutien" pour la fin du mois.

Sommaire

  1. “Nous sommes amenés à faire des soins bâclés, à prendre des décisions à contre coeur”
  2. Une grève illimitée à partir du 10 décembre ? 

Plus de moyens, plus d’effectifs, une augmentation des salaires, la réouverture des lits supprimés… Les revendications n’ont pas changé depuis des années et à force de ne rien obtenir, c’est tout le personnel de l’hôpital public qui est dans la rue ce jeudi 14 novembre, des médecins, aux aides-soignants en passants par les étudiants et les sages-femmes. L’appel du collectif Inter-Hôpitaux à se mobiliser et rejoindre le personnel des Urgences, déjà en grève, depuis 8 mois, contre “la mort programmé de l’hôpital public” a été entendu alors que le gouvernement doit préparer un “plan de soutien” pour la fin du mois. 

Nous sommes amenés à faire des soins bâclés, à prendre des décisions à contre coeur”“Nous sommes devenus des managers de la colère”, scande le collectif Inter-hôpitaux, dans un communiqué expliquant que la dégradation de l’hôpital public est telle que beaucoup de professionnels du métier abandonnent, ne trouvant plus “sens” à leur profession. “Nous sommes amenés à faire des soins bâclés, à prendre des décisions à contre coeur, parfois même à l’encontre de nos valeurs et principes de soigner, à coller des rustines qui font mal, à changer les plannings en permanence”.Dans Le Parisien, 2000 professionnels en pédiatrie aussi ont lancé l’alarme : “La crise de l’hôpital public expose les enfants à être moins bien soignés, voire même à être mis en danger par l’insuffisance des moyens”, ont ils écrit dans une tribune. Une grève illimitée à partir du 10 décembre ? La journée est donc annoncée comme “un jeudi noir” dans le milieu hospitalier. Selon France TvInfo : praticiens et anesthésistes du Snphare ont annoncé “une mobilisation historique” et le Syngof, le syndicat des gynécologues a “préparé une grève en évitant toute programmation de soins non urgents”. “Une journée sans activités dans toutes les facultés” a été décrété par l’Anemf, le syndicat des étudiants en médecine, ainsi que le l’Anesf, celui des sages-femmes en formation. Une grève “totale et illimitée à partir du 10 décembre” serait en réflexion par l’Isni, l’interSyndical Nationale des internes. Reste à voir si ce mouvement, qui a pour but de mettre la pression au gouvernement qui planche sur le futur plan de soutien, sera efficace. Agnès Buzyn, la ministre de la Santé a parlé de “revalorisation des salaires, notamment en début de carrière”, mais ce qui a déjà été tenté n’a pas été satisfaisant jusque là. Une reprise de la dette hospitalière et une hausse des dépenses de santé seraient envisagées dans le budget 2020, selon France TVInfo. Click Here: Cheap Golf Golf Clubs

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *