Intelligence artificielle : un algorithme prédit la date du décès des patients en phase terminale

Une équipe de chercheurs de l’Université de Stanford a développé un algorithme d’intelligence artificielle capable de prédire le décès d’un patient atteint d’une maladie en phase terminale. Les résultats des premiers tests conduits sur plusieurs dizaines de milliers de cas donnent une précision à 90%.

Intelligence artificielle : Un algorithme pour prédire la date de décèsAlors que la mort reste la grande inconnue, une équipe de l’Université de Stanford a travaillé à la mise au point d’un algorithme pour prédire les dates de décès de patients en phase terminale. Des milliers de dossiers ont été examinés attentivement pour collecter les renseignements sur les diagnostics, les procédures et les traitements déjà effectués dans le passé et les conséquences pour les patients. Toutes ces données ont permis d’alimenter un modèle en s’appuyant sur le deep learning (apprentissage profond). Schématiquement, on nourrit l’algorithme de données, auxquelles il s’efforce de trouver du sens grâce aux indications initiales des chercheurs. En principe, plus ces données sont précises, pertinentes et nombreuses, plus les résultats sont précis.Prédire le décès avec une précision de 90 % !Dans le cas présent, les chercheurs ont alimenté leur programme avec les données des dossiers de santé de près de 180 000 patients. L’originalité de leur démarche est que leur programme n’était pas spécifique à telle ou telle maladie mais en abordant indifféremment les patients qui étaient en soins palliatifs. Testée sur plus de 40 patients, leur application a réussi à prédire avec une précision de 90 % si les patients allaient décéder dans les 3 à 12 mois. Cette période a été choisie car selon les chercheurs, elle correspond à la période durant laquelle les soins palliatifs peuvent être mis en œuvre et sont les plus utiles.


Quelle serait l’utilité d’un tel outil ?La précision des résultats peut faire froid dans le dos. Selon les auteurs, elle pourrait cependant avoir plusieurs utilités : d’une part, permettre une meilleure organisation au niveau de l’hôpital en ciblant les patients qui vont avoir besoin en priorité de soins palliatifs ; d’autre part, offrir potentiellement aux patients et à leur famille d’aborder leurs dernières volontés avant que la maladie ne les en empêche. Au-delà de ces résultats, d’autres experts insistent sur la nécessité de garder “des médecins dans la boucle” et de ne considérer cet algorithme (s’il confirme sa précision) comme un nouvel outil permettant d’aider le corps médical à prendre les meilleures décisions pour le patient.Click Here: liverpool mens jersey

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *