Et si la grippe aviaire frappait le Finistère ?

Il n’y a pas de cas de grippe aviaire en Bretagne, mais on a fait comme si ! Une simulation grandeur nature a été organisée pour tester et valider les mesures de protections prévues. Ainsi vétérinaires et pouvoirs publics ont été mobilisés. La préfecture précise que cet exercice relève d’une logique d’anticipation destinée à se préparer à faire face à l’éventualité d’une épizootie de type grippe aviaire dans un élevage breton.
Le scénario retenu s’organise autour d’un foyer primaire de grippe aviaire “hautement pathogène“ avec une forte mortalité dans une zone dense d’élevage avicole du Finistère, limitrophe du Morbihan et des Côtes d’Armor. Suspectant la contamination de certaines de ses volailles par le virus de la grippe aviaire, un éleveur alerte la direction départementale des services vétérinaires. Il s’agit d’un élevage situé sur la commune de Kergloff.
Un périmètre de surveillance est rapidement mis en place, touchant les départements limitrophes du Morbihan et des Côtes d’Armor. Un périmètre de protection plus rapproché de 3 km entoure l’élevage de Kergloff avec des systèmes de désinfection pour les piétons et les véhicules. Puis une enquête épidémiologique doit être réalisée pour rechercher les origines possibles de cette contamination et les élevages en lien avec cette exploitation. Aucun cas de contamination à l’homme ne sera simulé ni testé à l’occasion de cette simulation à portée strictement animale. Ouf ! Mais ce n’est qu’un exercice.Source : Dossier de presse de la préfecture de Bretagne du 3 novembre 2005Click Here: Maori All Blacks Store

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *