Cancer du col de l'utérus : le vaccin en dix questions

Le cancer du col de l’utérus touche plus de 3 000 Françaises par an et est responsable de 1 000 décès. Aujourd’hui, un vaccin existe. Découvrez l’essentiel sur cette révolution en dix questions.

Qu’est ce que le cancer du col de l’utérus ?
Le cancer du col de l’utérus est un cancer de la partie inférieure de l’utérus située au fond du vagin. En Europe, près de 33 500 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus sont diagnostiqués et 15 000 femmes meurent de ce cancer chaque année. En France, on compte près de 3 400 cas par an et 1 000 décès (1).
Quelles en sont les causes ?
Contrairement à la plupart des autres cancers, le cancer du col de l’utérus est dû à un virus. Ce cancer gynécologique est dû exclusivement à l’infection par le papillomavirus humain (2 et 3).
Les papillomavirus entraînent-ils toujours un cancer ?
Non, les infections à papillomavirus sont très fréquentes chez la femme jeune et régressent le plus souvent spontanément. Les infections HPV même par un virus de type oncogène sont le plus souvent banales car l’organisme l’élimine dans les 6 à 13 mois suivant la contamination. Mais chez certaines femmes, ce virus va initier un processus cancéreux.
Comment prévenir le cancer du col de l’utérus ?
On distingue aujourd’hui deux type de prévention du cancer du col de l’utérus :
– Une prévention primaire par la vaccination qui permet de protéger les femmes des papillomavirus les plus oncogènes (responsable de près de 75 % des cancers du col de l’utérus) ;
– Une prévention secondaire qui permet de détecter grâce à des frottis de dépistage la présence de cellules anormales dues aux papillomavirus humain.
Les vaccins permettent-ils de faire l’économie de la surveillance par frottis ?
Non, il est nécessaire de continuer à pratiquer des frottis de dépistage, car les femmes peuvent avoir été infectées avant la vaccination et parce que les vaccins ne protègent pas contre tous les cancers du col. Le vaccin ne doit pas se substituer au dépistage par frottis (4).
Les vaccins protègent-il de tous les cancers du col de l’utérus ?
Les vaccins protègent des cancers du col causés par les papillomavirus humain 16 et 18, qui représentent plus de 70 % des cancers du col de l’utérus (5) (plus de 80 % en France (6)).
Quels sont les vaccins disponibles ?
Deux vaccins sont actuellement disponibles :
– Commercialisé en Europe et aux Etats-Unis, Gardasil ® développé par Merck (et distribué en Europe par Sanofi-Pasteur) est efficace contre les HPV 16, 18, 6 et 11. Ces deux derniers types ne sont pas cancérigènes mais sont à l’origine d’une infection sexuellement transmissible très fréquente et bénigne, les condylomes acuminés plus connus sous le nom de crêtes de coq.
– Le laboratoire GSK (Glaxosmithkline) a développé un vaccin contre les HPV16 et 18 sous le nom de Cervarix ®.
Combien de temps restent-ils efficaces ?
On bénéficie aujourd’hui de quatre ans de recul pour le vaccin Gardasil ® premier vaccin commercialisé. Son efficacité de près de 100 % vis-à-vis des cancers liés aux HPV 16 et 18 se confirme actuellement vis-à-vis des cancers et également des lésions précancéreuses (7). Par ailleurs, la réponse immunitaire de l’organisme reste très forte après 5 ans (8).
A qui s’adressent ces vaccins ?
Le Comité technique des vaccinations et le conseil supérieur d’hygiène publique de France ont précisé les recommandations de vaccination nationales4. Ils recommandent la vaccination :
– des jeunes filles de 14 ans, afin de protéger les jeunes filles avant qu’elles ne soient exposées au risque de l’infection HPV ;
– des jeunes filles et des jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n’auraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard dans l’année suivant le début de la vie sexuelle.
Sont-ils remboursés ?
Publié le 11 juillet 2007 au Journal Officiel, un arrêté propose le remboursement du vaccin pour ces femmes, suivant à la lettre les recommandations de l’avis émis trois mois auparavant3. La Sécurité sociale remboursera donc à 65 % chaque dose du Gardasil ® dont le prix s’élève à 135,59 € TTC. Le schéma de vaccination nécessite trois doses. La demande de remboursement du Cervarix ® est actuellement étudiée.
Luc Blanchot
1 – Données épidémiologiques sur le cancer du col de l’utérus – Etat des connaissances – InVS – janvier 20072 – J Clin Virol Oct 2000 ;19(1-2) :1-53 – J Pathol. Sep 1999 ;189(1) :12-194 – Avis du Haut Conseil de la santé publique – 14 décembre 20075 – Int J Cancer 2004 ;111 :278-856 – Int J Cancer 122,428-432 (2008)7 – Communiqué Sanofi pasteur MSD du 7 mars 2008 – congrès EBCOG 20088 – Vaccine 25(2007) :4931-4939Click Here: Atlanta United FC Jersey

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *