Après le Vioxx, le Celebrex dans la tourmente

Le 17 décembre 2004, l’Agence française desécurité sanitaire des produits de santé(Afssaps) est informée de la décision deslaboratoires Pfizer de suspendre un essai clinique portant sur lecélécoxib (Célébrex®) et dont lesrésultats intermédiaires ont mis en évidenceune augmentation du risque d’événementscardiovasculaires (infarctus du myocarde, accidents vasculairescérébraux et décès) par rapport auplacebo, chez des patients traités par de fortes dosesquotidiennes au-delà de 24 mois.
Cet événement intervient quelques mois aprèsque l’analyse intermédiaire d’une étudeévaluant l’intérêt d’un autre coxib, lerofécoxib (Vioxx®) ait conduit les laboratoires MSDà retirer ce médicament du marché, suiteà la confirmation d’un risque cardiovasculaire.
Ces médicaments sont des anti-inflammatoiresnon-stéroïdiens (AINS) de la famille des inhibiteurssélectifs de la cyclo-oxygénase 2 (coxibs),principalement indiqués dans le traitement symptomatique despoussées douloureuses de l’arthrose et de la polyarthriterhumatoïde.Après avoir rappeler les précautions d’usage,l’Afssaps précise qu’il convient de :
– Respecter les indications et la posologie : la prescription ducélécoxib doit se limiter au traitement despoussées douloureuses de l’arthrose ou des manifestationsinflammatoires de la polyarthrite rhumatoïde ;
– Ne pas donner de traitement dont la duréeexcèderait celle des manifestations symptomatiques ;
– D’évaluer le risque cardiovasculaire avant touteprescription et pendant le traitement, tout particulièrementchez les patients présentant des antécédentscardiovasculaires récents (infarctus du myocarde, accidentvasculaire cérébral) ;
– Ne pas arrêter les traitements concomitants avec l’aspirineà faible dose (ou d’autres anti-agrégantsplaquettaires) pour la prévention du risquecardiovasculaire.Alors que le laboratoire américain Pfizer suspend lapublicité pour son médicament, le Ministre de lasanté Philippe Douste-Blazy a déclaré surEurope 1 que « tous les médicaments, s’ils sontactifs, ont des effets positifs et certains effets négatifs» et que par conséquent le Célébrex®ne serait pas retiré de la vente s’il présentait« plus d’effets positifs que négatifs ». Selonle Ministre, les agences nationales du médicament des payseuropéens vont très rapidement se réunir pourétudier la question.Sources :Communiqué de l’Afssaps du 17 décembre 2004Interview sur Europe du Ministre de la santé le 20décembre 2004Click Here: essendon bombers guernsey 2019

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *